Audipresse
Audipresse
Perspectives
    AudiPresse Premium : quels sont leurs sites de presse préférés ?
    La lecture de presse dépassant assez naturellement le cadre des seules éditions papier, AudiPresse Premium, l’étude d’audience presse dédiée aux populations d’influence tant sur le plan professionnel que personnel, se devait d’étudier les marques de presse dans leur globalité.

    Marques de presse : un contact avec une des expressions de la marque sur les 30 derniers jours

    C’est la raison pour laquelle une quarantaine de sites de presse ont fait l’objet d‘une analyse spécifique dans AudiPresse Premium. On retrouve ainsi dans l’étude les dates de dernière connexion déclarées par les interviewés, ainsi que les habitudes de connexions à ces mêmes sites.  Cette information est donc recueillie en single source auprès des mêmes personnes que les renseignements sur la lecture de presse en utilisant des critères similaires. Il est alors enrichissant d’analyser les comportements croisés de consommation des marques de presse entre les différents supports qui les composent (quotidien, magazine, web).
     Le choix d’AudiPresse en terme d’analyse a été de déterminer le territoire de chaque marque sur une période de 30 jours. Magazines et sites web sont donc comptabilisés sur le niveau de « lectorat » sur les 30 derniers jours. Une exception est toutefois faite pour les quotidiens : par souci d’homogénéité avec l’étude de référence de la presse quotidienne (EPIQ) , l’échelle de date de dernière lecture des quotidiens ne permet d’isoler que des lecteurs moins de 8 jours. C’est donc  sur ce dernier critère que sont calculés les territoires de lectorat des quotidiens.
    Au global nous comptabilisons donc  les individus entrés en contact avec une marque de presse donnée, au cours des 30 derniers jours (L30 ou L8/30 si une marque inclut un quotidien). Il est alors très simple d’isoler les exclusifs de chaque format (print ou web) ainsi que les dupliquants.

    Les Premium : des lecteurs internautes

    Nous savions déjà que la population Premium était constituée de gros lecteurs de presse .  Cette analyse des résultats des marques de presse nous montre qu’ils consomment aussi beaucoup la presse au travers des ses sites web.
    Le premier fait remarquable dans ces données « marques de presse » concerne le niveau de duplication : avec en moyenne 62% de duplication avec la version papier pour les individus qui fréquentent un site de presse on se situe largement au dessus des standard observés sur l’ensemble de la population française que ce soit en presse magazine dans l’étude AEPM (10%) ou en presse quotidienne dans l’étude EPIQ (45%).  Parmi les raisons, on peut évoquer le taux d’équipement internet maximal de la population Premium. Plus spécifiquement pour la presse magazine, il faut aussi garder à l’esprit la liste des titres étudiés dans AudiPresse Premium, réduite à des marques fortement implantées sur internet.
    La conséquence de ce taux élevé de dupliquants parmi les internautes, est un pourcentage relativement faible d’apport d’internet à l’audience globale de la presse : les sites permettent ainsi aux marques de presse d’accroitre leur territoire de 15%.

    Apport et duplication : des différences marquées selon les titres

    Comme toujours, les moyenne cachent des disparités importantes selon les titres. Les marques de presse issues d’un quotidien présentent par exemple en moyenne un apport (18%) et un taux de duplication (66%) supérieur à ceux des marques issues de magazines.
    En revanche au sein des marques magazines, on ne distingue pas de différence selon la périodicité, les marques des titres hebdomadaires présentant les même taux que celles des autres périodicités.
    Les résultats individuels semblent globalement plus liés à l’histoire de chaque titre sur internet qu’à l’appartenance à telle famille de titre.
     On a enfin pu mettre en évidence un effet de la cible utilisée : Les Activ’Easy (à la fois cadres et riches) que l’on sait plus gros lecteurs, présentent aussi un taux de duplication entre internautes et lecture papier plus importante que la moyenne (67%). Dans ces condition, l’apport du web au territoire des marques de presse s’en trouve naturellement réduit sur cette cible (12%).
     

    Résultats par marque de presse

     
     

    Définitions des marques de presse dans AudiPresse Premium

     

    Laisser un commentaire